Les-ombres.net - Archives, coutumes et lois
> Accueil > Pern > Archives, coutumes et lois

Archives

Les anciens contes prévoient des changements en cette période [9ème Passage] (1/29)
Les archives moisissent, certaines sont devenues illisibles. Ce sont les plus anciennes les mieux conservées : une technique oubliée. (1/171) A l'époque du 9ème Passage, elles sont écrites sur des peaux (1/196, 2/400). Avec le temps, elles durcissent et puent (1/196). Il existe des centaines de peaux d'Archives décomposées (2/69). Bendarek a créé des feuilles solides, plus pratiques (2/400)
Il est dit implicitement dans les Archives que les Pernais sont originaires du Continent Méridional (5/137). Les Archives disaient de ne pas toucher au Continent Méridional sans expliquer pourquoi (5/277)
La plus ancienne des Archives dit : " Quand l'homme est arrivé sur Pern, il a établi un fort dans le Sud ". On a longtemps pensé qu'il s'agissait de celui de Fort, le plus au sud du continent septentrional, mais le document se poursuit par " puis jugèrent nécessaire d'émigrer dans le nord pour leur sécurité. " (5/319)
D'anciennes archives parlent de machines fascinantes (5/352)
Des archives spécifient que les lézards existent bel et biens (3/44). Des légendes (2/114) comme des contes de nourrice (2/251) évoquent les lézards de feu, les dragons ayant été créés à partir de cette race (2/114)
Aucune archive ne fait mention de tentatives d'éradications des Fils à la source (2/416)

Des Archives de Forts disent que les gens des Forts sont organisés en brigade et armée du feu, pour brûler les Fils au sol (1/233)

Les Archives des artisans
Un ancien dicton disait 'Surveillez les larves' (5/16), mainte fois précisé dans les archives des artisans fermiers, ce qui a mal été interprété : on les a détruite au feu et à l'agenothree (2/399). Il s'agissait d'allusions au fait que les vers des sables d'Igen auraient été élevés comme protection (1/251)
Beaucoup d'Archives de l'Atelier des Forgerons sont détériorées. Des apprentis de Robinton vont les retranscrire (2/189)

Les Archives des Weyrs (1/23) s'arrètent à la fin du 8ème Passage, sauf celle de Benden (1/258, 1/275)
Des Archives donnent le récit de Quêtes (1/23)
Sur une plaque métallique, plaque qui se trouve aussi sous le diagramme de l'Etoile Rouge dans l'Aire d'Eclosion du Weyr de Fort, est écrit : " Le père du père de ma mère, qui est parti pour toujours dans l'Interstice, a dit que cela constituait la clé du mystère, et que ça lui était revenu en murant ; il dit que ça disait : ARRHENIUS ? EURÊKA ! MYCORRHIZA " (1/200) Puis " lancez des lézards de flammes pour balayer les spores. C.Q.F.D. ? " (1/201)
Les Archives parlent de Faranth (1/203)
Des Archives signalent les irrégularités de l'orbite de l'Etoile Rouge (1/294)
La tragédie des Hautes Terres parle d'un aspirant-chevalier tombé pour avoir trop surmené son dragon (5/32)


Coutumes et Lois

Une Dame rompt toujours le pain la premières (1/91)
Le salut formel : l'un tend la main droite paume en l'air et l'autre la recouvre (4/90). Un salut peut être une main tendue, paume vers le haut (6/245)
Se prendre par l'avant bras est un geste de salut entre égaux (5/32), un salut traditionnel (5/371).
Les orientaux ont un débit de langage traînant (6/92)
Les Méridionaux ont la peau plus dure et tannée qui résiste aux morsures d'insectes (6/274)
Il arrive que l'on dorme sur des paillasses à même le sol (6/117)
La punition est souvent un régime pain et eau (6/118, 6/123, 6/143)
La tradition veut que les bêtes boivent leur content, puis le berger attend que l'eau retrouve sa pureté avant de boire (6/156)
La croyance veut que d'étranges choses puissent arriver à qui voyage sous la lune double (6/211)
Les hommes du continent méridional ne ratent pas une occasion de rompre avec les coutumes du nord (6/242). Ils ont une mauvaise opinion des chevaliers-dragons (6/249)
Dans le Sud, le repas principal est le soir, lorsque la chaleur a diminué (6/269)
Dans le Sud, les messages étaient envoyés par bateaux et lézards de feu (6/270)

Les Anciennes Lois demandent aux seigneurs de nettoyer les Forts de toute verdure (1/19). Traditionellement, toute verdure est interdite près des habitations perce qu'elle attire les Fils (1/104)
Le Weyr de Benden réussit à unir Forts et Ateliers derrière les Weyrs (6/37)

'Entendu et attesté' est la formule traditionnelle pour valider une déclaration (1/56)
'Un Seigneur pour chaque Fort' (1/71)
'la fièvre du lézard' est une expression de Petiron qui évoque le moment où les enfants échafaudent des plans pour attraper des lézards (3/44)
Le troc entre Forts et Weyrs va à l'encontre de la tradition (1/128)

Il existe des jours de repos (4/193). S'il fait beau ces jours là, il y a souvent des Foires (4/192). Les foires sont aussi appelées 'rassemblements' (6/53). Parmis les danses qui ont lieu lors des Foires, les quadrillent ont un franc succés (4/269). Il existe aussi des danses en couple, avec une giration frénétique de bras qui se balancent et de jambes, qui se lèvent. Une danse épuisante (4/270). Les jours de fêtes, les trois falaises qui constituent les façades du Fort s'ornent des drapeaux de tous les Forts secondaires qui ont jamais allié leur lignée à celle de Telgar. La Grande Cour est décorée de centaines de guirlandes de fleur et des floraisons géantes du fellis (2/245)
Il existe un Festival de Printemps où tous les habitants du Fort accueillent un invité. Tout l'hémisphère occidental de Pern peut être là, pendant les deux jours du festival. C'est à ce moment qu'on élit les nouveaux maîtres et qu'on nomme les apprentis. On danse toute la nuit (4/288)
A Igen, les rassemblements différent des autres : les gens parlent peu et le marchandage ne commence que quand les deux partis sont confortablement installés (6/92). Il faut parfois payer un droit d'entrée dans les rassemblement (6/156), comme à Nabol, où il peut se négocier à un mark pour un petit enclos (6/157). Les employés d'un Fort, sauf pour Nabol sous le régime de Méron, sont autorisé à se rendre à la foire après leur travail (6/172). On y distribue parfois de la viande grillée à la foule (6/183)
On ne peut pas interrompre un marchandage pendant une Foire (4/252). Une transaction se scelle par une poignée de main (4/233-234, 4/255, 6/159)

Mariage
La robe de noce traditionnelle est en dégradé de rouge de toutes les couleurs (2/247). La mode insiste les vierges à porter leur cheveux flottants sur les épaules (2/257)

Une insulte justifie un duel (4/244)
Il existe des paris sur les coureurs (4/284)

Le vert est sensé porter malheur (2/280)

Cérémonie de décès
Au décès d'une personne dans un Fort de mer, on utilise une barque de cérémonie (3/13). Le corps du harpiste, enveloppé du bleu des Harpistes est placé à bord de la barque de cérémonie, près du gouvernail. Une partie de la flotte du Fort suit la barque vers le courant (3/15). Que deviennent les morts ? Les marins laissent la mer prendre les corps (3/45)

Coutumes et Lois du Weyr

Les chevaliers, au moins depuis le 3ème Passage, prélèvent une dîme auprès des Forts (1/19, 2/12, 5/10) car ils ne possèdent pas de terre arables et sont accaparés par les dragons (2/12, 5/10). En contrepartie, ils assurent leur défense (1/19).
Les Weyrs sont autonomes (2/146, 2/261)

La Tradition des dragons était au départ un guide, mais elle est devenue trop 'traditionnelle' juste avant le 9ième Passage
Avant le 9ème Passage les chevaliers-dragon étaient discrédités (6/37)
Il y a une assemblée régulière du solstice avec tous les Weyrs (2/50)

Il y a deux interdits absolus pour les Weyrs :
- ne pas emmener une Reine ou une dragon vert loin de son weyr quand il est prêt à un vol nuptial. Son ardeur diffuse ses émotions dans un vaste périmètre, que tous les hommes peuvent sentir (2/43)
- Tout différent entre chevalier-dragon doit se régler par un combat à mains nues sévèrement arbitré à l'intérieur du Weyr. Le duel armé est interdit (2/44)

Il existe un enseignement pour la Dame de Weyr, comprenant les 'devoirs envers les dragons, le Weyr et Pern' (1/101). Traditionellement, seul le chef du Weyr fait cette instruction (1/105)
Les Chefs de Weyrs et les Premières Dames sont aussi appelés Seigneurs de Weyr (6/15, 6/85, 6/106)
La Dame du Weyr est traditionnellement Gardienne des Archives (1/109)
On lève le poing - fermé (5/286) - pour donner le signal traditionnel de l'envol (5/29, 5 :286)
Lever plusieurs fois le poing signifie 'Bien fait et merci' (5/214)
Les chevalier-dragon jurent sur la coquille de leur dragon (5/62, 5/242)
Quand un Weyr n'a plus de chef, le premier vol nuptial est ouvert à tous les jeunes bronzes de tous les Weyrs, pour choisir équitablement un nouveau chef (5/150)
Il y a des paris sur le dragon qui couvrira une Reine (5/242)
Au Weyr, chacun mange à l'heure qu'il veut, il n'y a pas de rêgles concernant les repas (4/96)

Cérémonie de la Pierre de l'Etoile
Elle se passe à l'époque où le soleil levant semble se poser brièvement sur la Roche du Doigt, marquant le solstice d'hiver, ce qui explique la raison d'être de la Roche du Doigt (1/106)

Quête
On ne provoque pas un chevalier-dragon en combat pendant une quête (1/69)
Au moment de l'Eclosion d'une Reine, le Weyr part en Quête pour trouver sa nouvelle Dame du Weyr (1/21)
Un garçon d'un Weyr peut se présenter à l'Empreinte jusqu'à sa 20ème Révolution. Les rares qui n'ont pas été choisis partent en général dans un Atelier, mais n'y sont pas obligé (2/171) Ceux sont les chevaliers bronzes qui amènent les candidates à une Eclosion (2/368) Les candidats sont en blanc (2/369). Ils touchent les oeufs depuis des semaines (2/370)
L'apostrophe dans le nom est une contraction honorifique (2/129). La plupart des femmes du Weyr choisissent pour leur fils des noms pouvant se contracter facilement (2/385). Normalement, le nom d'un enfant reprend la deuxième moitié du nom de la mère (1/175). Au Weyr de Benden, on a une mère génitrice et une mère adoptive (2/35). Au Weyr, on ne veut pas que les femmes deviennent de simples reproductrices, contrairement aux Forts (2/35)
Avant le 9ème Passage existait les Jeux de Printemps destinés à mesurer la valeur des dragons et des chevaliers (1/229)
Il existe des Jeux d'Entraînement, qui ne sont que de pâles substituts aux batailles réelles contre les Fils (1/290)
Les chefs de Weyr et d'escadrille sont des chevaliers-dragons bronzes (1/303)
Les seconds d'escadrille peuvent choisir leurs quartiers d'habitation (2/29)
Il y a un Maître des Aspirants (2/26), un instructeur (2/274)
Lors des Chutes, les Aspirants fournissent les sacs de pierre aux combattants en plein vol (2/67)
Les Reines ont leur propre escadrille de combat, dirigé par la doyenne des Dames. Pour certains, la légendes des reines combattantes était une hérésie. Pourtant, les Reines combattent. Elles volent bas (1/306), à un niveau inférieur (2/67), et les dames sont armées de lance-flammes comme l'explique la Ballade 'Le Vol de Moreta' (1/306)
'Une Reine ne vole pas, sauf au moment de l'accouplement' (règle de l'époque de R'gul) (1/101).

Pour les fêtes de l'Eclosion, on prépare des wherries (6/103)
Pour une éclosion, les candidats portent une tunique blanche (6/107)
Le marquage d'un vert par une femme (Mirrim) est bien acceptée par la plupart des hommes (6/115)

F'lar et F'nor, au Weyr de Benden, préfèrent des prétendants à l'Empreinte plus âgés, adolescents, contrairement aux Weyrs des Anciens (2/30). Depuis le début du 9ième Passage, F'lar admet aussi à l'Empreinte des Candidats originaires des Forts et Ateliers (2/45, 2/365). Il instaure comme règle pour tous les Weyrs que les notables soient invités aux éclosions, règle qu'il avait abandonné sous la pression des Anciens (2/291). Il veut annuler l'autonomie entre Weyrs, instaurer des vols nuptiaux ouverts et instaurer l'échange de bronzes et de Reines entre Weyrs, pour renforcer leur Lignée et améliorer la race (2/296). Il y a des précédents de don de Reine d'un Weyr à l'autre (2/69). Il veut instituer une rotation des escadrilles pour que les chevaliers connaissent les autres Weyrs et territoires, accepter les Empreintes publiques (2/296). T'ron est contre le fait que d'autres Weyrs puissent en aider lors d'une chute (2/271)

F'lar a mis en place des dragons-messagers pour véhiculer des messages à la surface de Pern (2/46). Il envoie toujours un chevalier aux Forts un jour avant une chute (2/84), mais il avait accepté, à la demande des Anciens, de retirer les dragons de garde des Forts (2/95) Il convainc finalement les chefs de Weyr de poster des chevaliers dans les Forts et Ateliers (2/291). Des Aspirants pourraient être assignés aux phares de guet pour prévenir d'éventuelles chutes de Fils erratiques (2/90)
Il y a toujours des dragons de garde près de la Pierre de l'Etoile (2/395)

Brekke a des pensées révolutionnaires, comme envisager que des femmes donne l'Empreinte à des dragons de combats (2/202)

Coutumes et Lois des Forts

Le Conclave (2/77, 5/273) ou conseil des Seigneurs Régnants (5/427), approuve ou non la légitimité des Seigneurs (5/273) et confirme les titres (2/71). Un conclave doit comporter les deux tiers des Seigneurs Régnants de Pern (2/392)
Les Seigneurs font leur demande de mariage auprès du Maître Harpiste (5/412)
Pour la Confirmation d'un seigneur, on lessive les murs, on scelle les pavés, des bannières battent à toutes les fenêtres, des fleurs décorent les cours et le Hall du Fort (5/425)
Le rang d'un noble dépend du statut de son Fort d'origine (ancienneté) et du degré de parenté par rapport à son seigneur (4/91)
Le rang d'un Maître d'Atelier est égal à celui d'un Seigneur de Fort (4/288)
Le Seigneur est aussi appelé Lord (4/154, 4/190). Les Seigneurs sont parfois appelés par le nom de leur Fort (2/343, 2/350, 2/422, 2/428)
Dans les Forts, les repas sont inversés par rapport aux Ateliers où l'on prend le repas principal en milieu de journée (4/91)
Au Fort, les harpistes mangent à la première table suivant la table principale (6/94). Il y a plusieurs services (6/94)
L''adoption', enfant né dans un Fort et élevé dans un autre, est une pratique courante dans les Forts, et fut instaurée pour éviter les problèmes de consanguinité (3/10)
Les chevaliers, au moins depuis le 3ème Passage, prélèvent une dîme auprès des Forts car ils ne possèdent pas de terre arables et sont accaparés par les dragons (2/12, 5/10)
Le Devoir Traditionnel des Forts est d'enlever toute verdure (2/21)
Dans les Forts, les femmes deviennent souvent de simples reproductrices (2/35). Les filles des Forts pensent que c'est mal d'avorter (2/80)
Le duel y est coutume admise, contrairement aux règles en vigueur dans les Weyr (2/44)
Les Seigneurs portent généralement des braies, tunique, manteau et gants (2/366)
Le Fort de Fort organise une Foire réputée au printemps (6/19)


Coutumes et Lois des Ateliers

Il existe un Serment des Harpistes, qui les tient au secret (5/408). La coutume veut que les Maîtres Harpistes soient informées des évènements graves (2/145)
Le rang d'un Maître d'Atelier est égal à celui d'un Seigneur de Fort (4/288). On peut appeler un Maître Harpiste 'Seigneur' (3/231)
Avant le 9ème Passage les harpistes étaient presque aussi discrédités que les chevaliers-dragon(6/37)
Les Ateliers sont indépendants par rapport aux Forts et les artisans ne doivent obéissance qu'au Maître de son art (3/10). Les Maîtres-Artisans ne prêtent pas allégeance (2/77). Ceux sont eux qui décident de la création ou non d'un nouvel Atelier (2/77)
Les apprentis harpistes doivent confectionner leur propres instruments (4/42)
Les apprentis ne possèdent rien et ne compte pas (4/231). Ils sont les plus humbles des humbles et doivent obéissance à tous les compagnons, maîtres ou apprentis supérieur de n'importe quel autre art (4/232). Contrairement aux Compagnons, ils n'ont pas de rang (4/292)
A l'Atelier, on est admis comme apprenti en général, puis comme apprenti d'un maître si on est doué dans une discipline (4/241). Les femmes ne sont pas harpistes (3/37, 3/70). Les filles ne sont pas des apprenties, mais de simples 'étudiantes' (4/119), payant (4/165). Menolly est l'exception (4/113, 4/119, 4/165) et par conséquent, elle loge à l'Atelier (4/165). Selon Petiron, 1/1000 a le timbre idéal et 1/10 000 est capable de construire une mélodie acceptable avec des paroles sensées (3/17)
Le rang des Forts n'est pas sensé entrer en ligne de compte à l'Atelier de la Harpe (4/286)

'Enjamber les tables' : monter en grade chez les harpistes. Cela se passe au souper (4/88, 4/305). Pour un apprenti, un compagnon se tient près de sa chaise et l'escorte à sa nouvelle place (il passe d'une table droite à une table ovale). Pour un compagnon, un Maître l'accompagne de sa table ovale à une table ronde. Tous les apprentis ne deviennent pas compagnon :

certains rentrent chez eux,
certains deviennent aide de Compagnon ou de Maître,
certains sont nommés dans un plus petit Atelier (4/88)


Autrefois, les Compagnons retournaient souvent dans leur Fort d'origine (4/305). On sert un vin d'adieu dans la grande salle, avec pour les Maître et les Compagnons un vin de Benden (4/307)
A l'Atelier de la Harpe, les maîtres reçoivent un saphir bleu à leur nomination (6/65, 6/76)

Dans les Ateliers, les repas sont inversés par rapport aux Forts : on prend le repas principal en milieu de journée (4/91). Après le repas du soir, on reste discuter à table, jusqu'à ce que les Maîtres et Compagnons sortent. Après seulement les apprentis peuvent sortir. Il y a plus de manières qu'au Weyr (4/96)
A l'Atelier de la Harpe, une tache sur un vêtement neuf peut couter un mois de rations (6/121)

La tradition veut que le plus vieux compagnon sous le même maître soit responsable du dernier apprenti (4/107)
Les apprentis font des commissions pour leur Maître et si le Maître trouve qu'ils travaillent bien, ils ont un peu d'argent pour les Foires (4/241)
Certains objets peuvent être 'estampés' par un artisan, leur valeur est alors plus grande. Ils peuvent ensuite être négocié auprès du marqueur (4/232)
Par tradition, c'est le dernier apprenti tambour qui doit les entretenir (6/51)
Un bon tiers des personnes de l'Atelier de la Harpe comprennent une partie des messages par tambour (6/79)
Les harpistes ont leur signature pour les messages par tambours (6/16)
'ce que le harpiste saisit, les oreilles du Maître Harpiste l'entendent' (Piemur) (6/36, 6/38)
'et maintenant, Monsieur, quelle histoire avez-vous à nous raconter ?' : c'est une formule consacrée destinée aux harpistes (6/236)
La tradition veut que dans les manifestations, le harpiste recoive une coupe de vin à chaque chanson qu'il chante (6/115)
A l'Atelier de la Harpe, une cloche sonne le réveil (6/117)
A l'Atelier de la Harpe, après le repas, les Compagnons se lèvent et les apprentis se taisent (6/120)
A l'Atelier de la Harpe, il existe une équipe de ratissage avec un chef de section, pour l'entretien de l'extérieur (6/126)


L'"adoption", enfant né dans un Atelier et élevé dans un autre, est une pratique courante dans les Ateliers, et fut instaurée pour éviter les problèmes de consanguinité (3/10)
Le duel y est coutume admise, contrairement aux règles en vigueur dans les Weyrs (2/44)