Les-ombres.net - Ballades
> Accueil > Pern > Ballades

Les Ballades ont été conçues pour informer, enseigner à ceux qui ne savent pas lire ni écrire (1/108). Les chansons sont gravées sur des ardoises (3/17)

Il existe des chants funèbres (3/14)

Robinton, pour le mariage de Famira et Asgenar, compose plusieurs chants inédits (2/23), dont un thème tendre mais complexe pour Lessa (2/24), un thème martial pour F'lar (2/24), un battement puissant pour Fandarel, rythmé sur le plus grand tambour (2/24)

Les harpistes connaissent des chants hautement répréhensibles (2/384)

La Main de Demently
C'est une ballade, ou tous les chants et ballades traditionnels recopiés sur des papyrus neufs et reliés en plusieurs recueils en peau de gueyt bleue, confectionnés par Arnor (5/312)


Les Ballades d'Enseignement
Tous les Chants d'Etudes sont issus de l'Atelier de la Harpe de Fort de Fort (4/10)
Les longues sagas ont des mélodies complexes que tous les apprentis apprennent par coeur (4/23). Ils exigent des doigts souples et rapides et une pratique constante (3/24)
On n'est pas sensé prendre des libertés, même dans les accords, avec les Ballades d'Enseignement et les Sagas, mais on trouve quand même d'antique variante, notamment dans la Ballade de Moreta (4/61)
Certaines Ballades d'Enseignement traitent des dragons (3/128). Il existe des Chants d'Enseignement sur l'Interstice (3/159)

Il existe aussi des berceuses (4/61) et des Chants d'Enseignement, pour les enfants (3/15)
Le solfège de Pern est le même que sur Terre (4/72)
L'essentiel de la 'musique de circonstance' est instrumentale (4/104)
'Jouer à froid' : jouer pour la première fois (4/105)


Sur le thème du Weyr et des Chevaliers

Il existe une ancienne ballade sur l'autonomie des Weyrs (2/88)
Il y a des chansons sur les dragons et les chevaliers-dragons (3/33), de longues sagas sur les dragons (3/35)
Il y a des chansons sur F'lar et Lessa (3/35)
Domick a écrit une saga sur la Quête de Lessa (6/17, 6/74). Une de ses meilleures oeuvres (6/22), la plus belle (6/45). Il s'agit d'une ballade sur Lessa et sa Reine qui sera chanté lors de la fête de printemps au Fort de Fort en l'honneur de Lord Groghe. La partition a été composée par Menolly et Domick. Elle est plus chantante qu'à l'accoutumée. Piemur devait chanter le rôle de Lessa, juste après les choeurs (6/19), mais il perd sa voix (6/20). Tilgin le remplace (6/20, 6/44). La musique du rôle de Lessa avait été écrite en pensant à Piemur (6/42)
De nombreuses chansons peuvent être chantées à partir d'un simple roulement de tambour (3/36)

'Depuis le Weyr et le Bassin,
Bronzes et bruns, et verts et bleus,
Les chevaliers-dragons de Pern
Courent dans le vent, loin dans les cieux
Vivants, perdus, proches, lointains.' (1/19, 1/153, 1/307)


'Honore ceux qui chevauchent les dragons,
En parole et en actes, en faveur et pensée.
Des mondes furent perdus ou sauvés,
Par les dangers qu'ont bravés les dragons' (1/132, 1/223)


'Ô lèvres, donnez libre cours à la joie, aux chansons,
Portez l'espoir sur l'aile des dragons' (1/296)


'Au dessus d'une grande étendue de mer agitée
Où nulle aile de dragon ne s'est de longtemps déployée,
Volent un or et un brun avec ceux qu'ils emportent
Cherchant à connaître enfin si la terre n'est pas morte"' (1/261)


'Partis devant, partis au loin, (1er vers de la Ballade (1/283))
Le échos sonnent, nul ne répond.
Vides, ouverts, poussièreux, morts,
Pourquoi les Weyrs ont-ils tous fui ?

Où les dragons sont-ils partis ?
Les Weyrs sont-ils restés à l'abandon ?
Ont-ils libéré les troupeaux de leurs chaînes ?
Partis nos défenseurs, mais pour quels horizons ?

Ont-ils volé vers d'autres Weyrs
Où les Fils tombent sur les plaines ?
Par des mondes sommes-nous séparés ?
Pourquoi, pourquoi, tous ces Weyrs désertés ? (1/257)
'Chant des Interrogations' (1/275, 2/352) ou Chant de l'Enigme (3/45, 4/73). Il comporte des accords avec des modulations et des temps ardus, c'est une méthode obsédante (4/73). Une ballade qui met mal à l'aise le chanteur et son auditoire. Le chant est composé d'accord dissonants. Il est inquiétant aussi bien pour la mélodie que pour les paroles (1/256) Elle a été enregistrée dans les Ateliers des Harpistes environ 400 ans avant le 9ème Passage, à la fin d'un Passage (1/257, 1/275) Il a été ajouté aux Ballades d'Enseignement Obligatoires. Cette ballade pose des questions. Un chant difficile à oublier et fait pour que l'on se souvienne (1/276) . Il a été résolu (3/45). C'est une chanson écrite pour Lessa, pour qu'elle remonte le temps interstitiel (2/352)


'Virez et volez
Ou saignez et brûlez.
Plongez dans l'Interstice,
Veillez, dans la région propice.
Avec les dragons bronze et bruns, verts et bleus
Sur les Fils mortels descendus des cieux' (1/219, 1/230)


'Chevalier-dragon,
entre le tien et le sien,
Partage avec moi cet amour,
Plus grand que le mien' (1/143)
ou
'Homme-dragon, ô homme-dragon,
Entre toi et tien,
Partage avec moi cet amour entr'aperçu
Qui dépasse le mien' (3/208)


'Poussière noire et givrée,
Monte dans l'air glacé.
Poussière, descend de l'espace
Comme l'Etoile rouge passe' (1/211)
Extrait de la Ballade de Moreta - ou La Ballade du Vol de Moreta (1/108) -, où le choeur ne parle que de poussière noire (1/215). C'est une suite d'accords difficiles (4/60, 4/75) qui nécessite de vifs changements d'harmonique (4/60).C'est a priori une Ballade d'Enseignement ou une Saga. Il en existe d'antiques variantes, comme sur la 7ième mineure de la deuxième mesure, qui figure dans les Archives du Fort du Demi-Cercle (4/61). Les barytons ouvrent le premier couplet de cette ballade (4/156). La ballade narre une tragédie et les barytons narrent la maladie qui s'est répandue à une vitesse incroyable par les vents de Pern ; puis le choeur reprend le refrain (4/156). Le refrain parle de Moreta, isolée avec sa reine, Orlith, au Weyr de Le Fort. Les ténors poursuivent la narration, les barytons et les basses soulignent les maux qui dévastent le pays, les bêtes de somme laissées à l'abandon, les wherrys qui s'abattent sur les récoltes tandis que fermiers, artisans et chevalier-dragons brûlent de la terrible fièvre. Il y a un solo sur Capiam, Maître Guérisseur de Pern qui isole le germe et découvre un remède, chanté par une basse. Puis il y a un dialogue entre le baryton, Capiam, et Moreta. La tension monte quand Moreta se retrouve dernier chevalier-dragon de Le Fort. Le dernier vers est un rythme funèbre au déchant lugubre, décrivant Orlith emmenant Moreta agonisante dans l'Interstice (4/157). Cette ballade montre que les Reines ont leur propre escadrille de combat, dirigé par la doyenne des Dames. Pour certains, la légendes des reines combattantes était une hérésie. Pourtant, les Reines combattent. Elles volent bas et les dames sont armées de lance-flammes comme l'explique la ballade (1/306)


'Homme du Weyr, garde ; homme du Weyr, attends,
et avec chaque Révolution apprends.
Le plus froid est peut-êter le plus ancien ;
A toi de trouver le droit, de trouver le vrai, le bien.' (1/207)


'La nuit la plus noire culmine en une aurore,
Le soleil efface les crainte du rêveur,
Quand mon âme triste et emplie de terreur
Trouvera-t-elle du Weyr le réconfort ?' (1/294)


'Honneur à ceux que les dragons tiennent
En leur estime, en pensées, paroles et actes.
Des mondes se perdent ou des mondes se sauvent
Par les dangers qu'ils affrontent.

Hommes-dragons, évitez l'excès :
L'avidité est la ruine du weyr :
Conformez-vous à l'Ancienne Loi,
Ainsi prospoère le weyr du Dragon.' (3/29)


'Tourne et tourbillonne
Ou crache le sang et les flammes.
Vole dans l'Interstice,
Bleu et vert.
Grimpe ou plonge,
Brun ou bronze.
Que volent les chevaliers-dragons
Quand les Fils sont dans le ciel.' (3/137)


Le Chant des Noms
Un chant qui cite par exemple les chefs d'escadrille d'un Weyr (3/35)


Sur le thème du Fort
'Le fort est interdit
Le Hall est vide
Et les hommes disparus.
Le sol est stérile
Le roc est nu
Et tout espoir est banni.' (1/42)


'Gueyt de garde, gueyt de garde
Dans ton antre
Guette bien, et regarde
Qui vient ? Qui entre ?' (1/47)


'Seigneur du Fort, ta charge est en sécurité,
Derière tes hauts remparts et tes portes de bronze
De verdure nettoyés' (1/58)


'Observe, Seigneur ; apprends, seigneur
Du nouveau à chaque cycle.
Le plus ancien peut être aussi le plus froid.
Ressents le bien : trouve le vrai !' (3/51)

'Seigneur du Fort, ta charge est sûre
Derrière l'épaisseur des murs,
Le métal des portes
Mais sans verdure' (3/111)


Il y a une ballade, un lai sur les Seigneurs, que Robinton déteste mais qui est la favorite du Seigneur Raid (2/253)


Sur le thème de l'Atelier

'Tisserand, forgeron, harpiste et mineur,
Tanneur, fermier, éleveur et seigneur,
Rassemblez-vous, portés par les ailes et prêtez l'oreille
A la voix de chef qui vous appelle.' (1/241)


'Harpiste, dis moi donc le chemin
Qui de ce Fort s'en va au loin
Et qui contourne la colline
Poursuit-il sa course mutine ?
Devient-il l'or d'un soir lointain ?' (4/22)


'Harpiste ta chanson a des accents chagrins,
lamélodie pourtant se voulait belle et gaie
Ta voix est toute triste et lentes sont tes mains
Rencontrant mon regard, le tien s'est détourné' (4/85)
ou
'Harpiste, ton chant résonne douloureusement
Bien que la mélodie en soi gaie.
Ta voix est triste et lourdes tes mains
Et ton regard se détourne du mien' (3/227)


'Que batte le tambour et chante le pipeau,
Harpiste, pince tes cordes, et va, soldat, là-haut' (4/155)
ou
'Que batte le tambour et que chante le pipeau,
Harpiste, pince tes cordes, et va, soldat
Libérer la flamme, et que brûlent les prairies
Tant que l'Etoile Rouge qui se lève
N'a pas achevé sa course.' (3/13)


Sur le thème des lézards de feu
Menolly fait un chant alerte, espiègle et secret (3/50)

'A mes lézards parle tout bas,
Ne lève pas la main sur moi.
Car ils sont prompts à s'offenser
Plus prompts encore à me venger.' (4/51)


'L'apte reine, toute dorée,
Volait en sifflant contre les flots.
Pour les repousser
Elle volait avec courage'
ou
'La petite Reine toute dorée
Sur la mer en sifflant volait
Pour les vagues arrêter
Pour sa couvée sauver
Bravement elle s'aventurait' (4/9, 4/272)

Elle attaquait la mer en rage
Un fermier du Fort de passage
Sur la sable doré
En main un filet
Vit et la reine et son courage

Il l'observa, tout étonné
Car il entendait répéter :
Un tel prodige
N'est pas de mise
Mais toute dorée elle voletait

Il vit sa peine et aussitôt
Regarda la falaise en haut
Il vit une cave
Au-dessus des vagues
Il y plaça les oeufs nouveaux

La petie reine d'or ciselée
Sur son épaule vint se poser
Ses yeux tout bleus
Brillaient d'un feu
Que l'oubli jamais n'éteindrait' (4/9)
'La chanson de la Reine' ou 'La chanson des Lézards de feu' (4/271) ou le 'chant des lézards de feu' (6/97)
Composée par Menolly (3/201, 4/9, 4/36, 4/272, 4/290), elle a été complétée par Robinton lui-même (4/36, 4/272). Pour Menolly, ce n'était qu'une simple mélodie, mais Robinton a trouvé que c'était une excellente chanson (4/37). Le chant est accompagné par des guitares (4/272). Cette chanson a un succès indéniable (4/290)


Sur le thème de l'Etoile Rouge et les Fils
Certaines sagas et ballades annoncent que lorsque l'arrivée des Fils sera imminente, l'Etoile Rouge scintillera de jours comme de nuit, les montagnes d'Ista se remettront à fumer et cracher des flammes et les marées seront monstrueuses (1/159)
Il y a des ballades sur ses maléfices (2/346)

Les Ballades d'Enseignement apprennent le moment, l'endroit et la durée des incursions des Fils (1/199, 1/245)


'Fument les mers et tremblent les monts
Fondent les sables et prouvent les dragons, (1/103)
Quand l'Etoile Rouge passe (1/103)
Croulent les murs et brûlent les feux,
Meurent les plantes (1/104)
A l'heure où dans les passes
Pern aux aguets surveille les cieux (1/104)
Et guette la Pierre de l'Etoile
Les Weyrs sont en alarme (1/101, 1/106)
Les chevaliers dressent leurs armes,
Quand passe la Rouge Etoile' (1/101, 5/268, 5/296)
'Saga des Désastres et des Lois' , Ballade d'Enseignement Traditionnel(1/107)


'Battez tambours, sonnez clairons,
Tintez harpes et marchez soldats.
Flammes, brûlez ; herbes, flambez
A l'heure où l'Etoile rouge quiterra
La nuit pour escalader l'horizon' (1/300, 2/280)


'Le Doigt se tend,
Vers un oeil de Sang.
Le temps de l'Alerte a sonné :
Que les Fils de mort soient calcinés' (1/165)


'D'or et de bronze, dans le soir,
Volez vers le ciel de gloire,
Enlacés, plongez comme en une mer
Vers le combat pour le Weyr.

Trois moins et plus encore,
Et cinq semaines de chaleur,
Pour un jour de gloire
En un mois... qui veut savoir ? (1/196)

Traits d'argent
Au ciel ardent
Quand vient la chaleur
Courent les heures' (1/196, 1/203)

'Une tache rouge dans un ciel de nuit,
Une goutte de sang qui partout les suit,
Où qu'ils aillent, partout, ailleurs,
L'Etoile Rouge guide le voyageur' (1/296)


'Puis mes pieds décollèrent, et mes jambes aussi,
Et mon corps de les suivre fut forcé.
Avec mes mains, ma bouche de cresson toute emplie,
La gorge trop sèche pour avaler'
Chanson de Menolly évoquant sa course contre les Fils (4/263)


Sur le thème de l'Interstice

Il existe des Chants d'Enseignement sur l'Interstice (3/159)

'Noir, très noir, noir absolu
Et plus froid que la glace.
Où est l'Interstice, là où rien n'existe
Rien ne vit hors les fragiles ailes du dragon ?' (3/69)


'Froid comme la mort,
Porteur de mort et comme elle glacé,
Sans guide aucun, reste et meurs,
Tu ne connaîtras pas la peur :
Ce jour fut deux fois décidé' (1/283)


Sur le thème du vol interticiel dans le temps
Composée par Robinton pour le mariage du Seigneur Asgenar et la demi-sœur du Seigneur Larad (2/19)


Sur d'autres thèmes
'Qui veut,
Peut.
Qui tente,
Réussit.
Qui aime,
Vit.' (1/286)
ou
'Celui qui veut,
Peut.
Celui qui tente,
Réussit.
Celui qui aime,
Vit.' (3/125)


'Mes pieds se levèrent entraînant mes jambes,
De sorte que mon corps dut s'ébranler
A leur suite, mains et bouche emplies de cresson
Et la gorge trop sèche pour le laisser passer' (3/173)
A priori, de Menolly, surprise par une Chute (3/173)


'Ne m'abandonnez pas !
Un cri dans la nuit noire,
La peur brise le coeur
L'âme frémit de terreur' (4/169)
Domick a composé une musique de circonstance à deux guitars d'une complexité extrême (4/195) sur laquelle Menolly a mis des mots : 'Ne m'abandonnez pas'. Avec de nouveaux accords mineurs (4/199), elle crée un couplet :
'Le cri dans la nuit noire,
l'angoisse étreint le coeur,
l'âme frémit de terreur. (4/198)
Vivez pour que je vive
Ou sinon j'en mourrai, (4/198)
ou
Vivez pour que je vive
Ou bien je dois mourir, (4/293)
Ne m'abandonnez pas,
Un monde l'entend crier' (4/198)


'Oh vaste mer, oh, douce mer,
Sois toujours mon amante
Porte-moi sur ta vague si lente,
Sur ton grand lit au goùt amer' (2/272)
C'est un chant d'un Fort de Mer (4/272), une vieille chanson méconnue des 'continentaux' (4/275)

'Ô langue, chante-nous donc ta joie et ta chanson
D'espoir et de promesse sur l'aile d'un dragon' (4/296)
ou
'Ô langue, fait naître la joie et chante
L'espoir et les promesses sur le souffle du dragon' (3/93)
'Oh, langue, donne naissance au bonheur et chante
La promesse de l'espoir dans le souffle du dragon' (3/153)
Chanson de marin chantée par Menolly et qui n'était pas connue de Domick (4/295)


'Le vent volage est mon ennemi amer,
Son allié sûr est la marée.
Jaloux de l'amour que j'ai pour la mer,
Leurs mensonges la font gronder.

Oh doux océan, oh cher océan,
N'écoute donc pas leurs orages,
Jusqu'à mon fort souffle les vents,
Evite-moi d'être leur otage.' (4/230)


'Lors mon vaisseau déploie sa voilure de nacre,
Dragon sur une mer noire comme la poix.
Cornant et sans relâche son rêve à la dérive,
Capitaine, équipage, ne sont autres que moi.
Et je fais voile sur les océans du somme
Où nul marin jamais n'a posé ses yeux d'homme.
Seuls mon vaisseau de nacre et moi qui le gouverne
Nous savons les trésors qui peuplent ces cavernes.' (4/99)


'Les pleurs auxquels j'aspire
Je les verseri demain.
Je ne veux pas dormir
Ni surseoir au chagrin.
Mes yeux seront lucides
Sans larmes pour m'aveugler.
Je ne serai pas languide
Si je veux lors parler.
Ma bouche ne doit trahir
L'angoisse que je connais.
Mes larmes doivent tarir :
Mais ma peine va rester.' (4/135)
Chanson pour Petiron, de Menolly (4/135)


'La foire ! La foire ! C'est le jour de la foire !
Pas de labeur ce jour, les Fils s'en sont allée.
Les boutiques se montent, la place est balayée.
De tous les horizons venez donc à la foire.
Amenez-nous vos marques et toutes vos marchandises,
Et puis voter famille car ici vous trouverez
Le manger et le boire, de quoi rire et danser
Sous la bannière du Fort. Foire, qu'on se le dise !' (4/212)


Il existe des chants funèbres (3/14)